Foyers de la jeunesse de Moncton inc.

Suivez-nous sur Twitter  Trouvez-nous sur Facebook  
Exemples de réussite
Exemples de réussite

À Impact Jeunesse, la réussite prend différentes formes et n’est pas toujours évidente pour tous. La réussite, c’est le jeune qui commence finalement à dire « s’il vous plaît » lorsqu’il demande quelque chose, la fille qui sourit plutôt que de froncer les sourcils lorsqu’on lui fait un compliment, l’étudiant qui réussit finalement son examen de mathématiques, le fils qui trouve le courage de téléphoner à ses parents. C’est l’ancien toxicomane qui obtient son diplôme d’études secondaires, la prostituée qui trouve une autre source de revenus en obtenant un emploi dans une épicerie, le jeune sans abri qui se trouve un endroit où vivre, le décrocheur qui s’inscrit au Centre d’apprentissage de Impact Jeunesse, la fille maniacodépressive qui entreprend des études collégiales. Toutes les étapes, petites ou grandes, sont célébrées.


Impact Jeunesse a fait de moi une personne plus forte et m’a donné des outils qui me servent encore aujourd’hui. J’ai déjà fait de la prison et je consommais de la drogue tous les jours, mais aujourd’hui, je travaille à temps plein comme vendeur depuis sept ans. Les employés de Impact Jeunesse se souciaient de moi et de mon avenir. Encore aujourd’hui, je reste en contact avec certains d’entre eux. Ils m’ont appris que si l’on ne choisit pas les cartes qui nous sont distribuées, c’est nous qui choisissons comment les jouer.

* Dave T.
(ancien résident d’un foyer de groupe)


À l’âge de 12 ans, je consommais régulièrement de l’alcool et d’autres drogues. Quand j’avais 13 et 14 ans, je m’absentais de chez moi pendant plusieurs journées à la fois parce que la situation familiale était assez difficile. À l’âge de 16 ans, j’avais déjà fait trois fugues; je m’intoxiquais tous les jours et j’ai fini par devenir accro de la cocaïne.


Merci à vous tous qui croyez aux jeunes comme moi. Vous nous aidez à trouver notre chemin, à atteindre nos objectifs et à réaliser nos rêves.

* Kathleen
(ancienne résidente du Programme d’hébergement de transition)



Aucune raison

Je n’avais aucune raison de vivre,
maintenant j’en ai.
Je n’avais rien à dire,
maintenant j’en ai.
Je n’avais personne pour m’aimer,
maintenant j’en ai.
Je n’avais personne pour s’occuper de moi,
maintenant j’en ai.
Je me sentais mal-aimée,
maintenant je sais qu’on m’aime.
J’ai une raison de vivre,
parce que j’ai des gens
qui m’aiment et s’occupent de moi.
Maintenant, j’ai quelque chose à dire.
Merci au personnel de Impact Jeunesse!

Jennifer
English